LET’S MEAT Clem de Nesle – Illustratrice

avatar clementine denelJe m’appelle Clémentine mais je préfère Clem. J’ai 19 ans et 11 mois (si si, ça compte). J’habite à Paris depuis 2 ans et c’est dans la capitale que j’ai du découvrir l’autonomie. Voler de ses propres ailes mais aussi faire ses courses, s’organiser pour travailler, avoir des bonnes notes et ne pas faire trop de nuits blanches. Faire un gros saut dans le vide. Un peu comme tout le monde quoi .

 Qu’est-ce qui t’as poussé à dessiner ?

Alors si je me souviens bien, j’ai toujours dessiné. Mais je m’y suis vraiment mise quand on m’a offert un livre qui expliquait pas à pas comment bien dessiner les chevaux.
Quant au «pourquoi» je ne me pose pas trop la question. Ça fait parti de moi maintenant, je me sentirais dépouillée si je ne dessinais plus. C’est comme ça que je m’exprime. Je pense en image.

Clem Paris4

Illustration pour la brève « Paris » de Pauline Souris, parue dans le Numéro 1 du Petit Pâté Illustré

L’enfance de l’artiste, un souvenir ?

OUI ! A l’âge de 4 ans j’ai fait 2 portraits, mon père et ma mère. Donc 2 patates, avec des tiges qui sortent du corps, des yeux, sourcils, bouche, en verte pour mon père . Apparemment ils ont aimé étant donné que ces «oeuvres» sont toujours affichées au dessus de leurs bureaux respectifs (les hypocrites).

Quel a été ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

École primaire de la plage (ouaaaais le nom qui fait rêver), collège, lycée (bac ES européen italie/anglais ), BOUM larguez les amarres direction Paris, prépa beaux-arts, arts déco à Atelier de Sèvres dans le 6ème arrondissement. Et actuellement en 2ème année en design à Strate Collège. Et je prépare des concours pour des écoles de communication visuelle/ illustration parce que je ne suis pas heureuse dans mon établissement.

Clem Paris3

Illustration pour la brève « Paris » de Pauline Souris, parue dans le Numéro 1 du Petit Pâté Illustré

Comment ton art évolue-t-il ?

En terme d’évolution technique ma plus grande découverte a été le lavis d’encre de Chine, découverte faite l’année dernière. Sinon mon «art» évolue par vague. Des moments de découragement et puis d’inspiration.

La plus grande qualité de tes créations ?

Qualité … hum, je dirais la sincérité.

Quelle sont tes sources d’inspiration ?

Ce qui m’entoure. Les gens au quotidien, les petites aventures dans une journée. Sinon j’aime énormément le travail d’Enki Bilal, que j’admire pour la texture de ses dessins. Le coté rugueux aussi de ses personnages .

Clem 1

Recherches personnelles

Tes thèmes préférés ?

Les gens. Les paysages aussi. Tout tant qu’il n’y a pas des voitures à dessiner.

Et ton pâté préféré, d’ailleurs ?

Le pâté végétal aubergine-champignon ! Veggie in da place !

Quels messages veux-tu faire passer avec tes travaux ?

J’aime bien laisser du mystère dans mes illustrations, que ça se ressente comme des silences ou des moments de mise en place «où l’action va se dérouler», pas juste dessiner les mots.

Illu Jardin Secret 1

Illustration pour le poème « Secret Garden » de Liz,
paru dans la rubrique chronique du blog.

Quelle a été ta meilleure expérience en tant qu’artiste ? Et la pire ?

Un moment très touchant pour moi s’est déroulé l’année dernière alors que je dessinais dans le marché St Pierre. J’étais en train de faire l’allée «mariage» qui contient moult tissus, drapés, rouleaux et commodes avec des tiroirs plein à craquer et une petite dame s’est timidement avancée vers moi et m’a observé sans rien dire pendant un moment. Elle m’a acheté le dessin pour la responsable de cet étage qui partait à la retraite dans les jours qui suivaient.

La pire expérience ça a été en février quand un pseudo étudiant de «bozart» de -il n’a pas voulu me dire la ville- m’a conseillé d’être plus discrète quand je dessinais alors que je ne le regardais même pas. NON MAIS DE QUOI JE ME MÊLE ?!

Meilleur conseil et pire critique que tu ais reçus ?

«Sois une éponge et imprègnes toi le plus possible de ce qui t’entoure» Sauf que bon … les éponges on leur marche dessus elles s’écrasent.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de participer au Petit Pâté Illustré ?

À l’origine je suis une grande fan d’Alice Des depuis trèèèès longtemps. Et puis on a discuté, j’ai entendu parlé du projet PPI, j’ai envoyé une demande de candidature et enfin un beau jour (c’était le soir en fait) on s’est rencontré. C’est beau tout ça. Et depuis avec le PPI c’est à chaque fois de nouvelles rencontres avec des gens adorables.

Ce qui te plaît dans la collaboration entre artistes ?

L’éclectisme des textes !

Clem Lilith planche complète

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Hahahaha *rires génés*

Dans le meilleur des mondes je voyagerai dans plein de pays pour faire des carnets de voyages qui seront ensuite publiés (on peut toujours rêver).
Sinon la communication visuelle. Je crois que ça me plait bien ça.

La nourriture à laquelle tu dédieras ton œuvre ?

La pichade de feue ma mémé. Jamais personne ne la fera aussi bien qu’elle.

Illustration pour le poème « Fruit Défendu » d’Olivier Pivot,
paru dans le numéro 0 du Petit Pâté Illustré

Un dernier mot pour la faim ?

Calincupcake.
Une association de deux choses agréables et tendres.

Retrouver tout le travail de Clem de Nesle ici!

Une réponse à “LET’S MEAT Clem de Nesle – Illustratrice

  1. Bravo Bravo
    Merci pour ton envoi
    Tu es vraiment sur le bon chemin
    Tous nos voeux de réussite pour la suite
    Grosses bises
    Andrée Patrice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s