LET’S MEAT Madouchka – Illustratrice

avatar madouchkaAlors moi c’est Madouchka, bonjour !

A plein temps (ou presque) je suis à l’école Boulle et j’étudie la marqueterie. Et à plus petit temps je dessine, je dessine, je dessine. Parallèlement je fais de la couture et de la cuisine en alternant la vie parisienne et les moments de calme dans la campagne normande.

Qu’est-ce qui t’as poussé à illustrer ?

J’ai toujours adoré les arts manuels, petite j’adorais les découpages, les collages, les fabrications artisanales… C’est bien simple, en maternelle, j’étais au taquet ! Et puis après, on a arrêté les découpages et les collages à l’école, et on a appris à écrire. C’était beaucoup moins drôle. Du coup j’ai découpé et collé chez moi. La maison de mes parents est longtemps restée remplie de mes œuvres d’art : cendrier en pâte à sel, dessous de plat en forme de pomme, pot à crayons en coquillages… Bref, que des chefs-d’œuvre. Et puis arrivée au collège, j’ai commencé à gribouiller sur le coin de mon classeur (comme tout le monde) et les gribouillis sont rapidement devenus des vrais dessins qui prenaient de la place. J’ai demandé à prendre des cours d’art dans le patelin d’à côté, et hop.

L’enfance de l’artiste, un souvenir ?

Les décorations de Noël… Je me faisais un devoir de décorer la table avec des bougeoirs, des marques-place, des portes couteaux faits à la main avec des dessins, des cartons, etc… Ca devait certainement être très cucul, mais les adultes me félicitaient.

Illustration personnelle de Madouchka

Quel a été ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Et bien après avoir fait 3 ans de cours de dessins et de peinture, je suis partie faire des études d’art : d’abord en manma, puis en design d’espace. Aujourd’hui je suis en marqueterie à l’école Boulle. J’enchaîne donc les arts plastiques, les arts appliqués, les métiers d’arts. Au cours de ces noooombreuses années d’études, j’ai enchainé pas mal de blogs, j’ai découvert la blogosphère des illustrateurs lorsque j’étais au lycée et j’étais conquise.

Comment ton art évolue-t-il ?

Et bien déjà mon trait évolue tout seul. Je suis passée du dessin moche au crayon estompé au dessin direct au stylo. Ensuite, je commence à développer de plus en plus mon univers, je pense que c’est à ça qu’on voit l’évolution de mon travail : on retrouve de plus en plus les mêmes personnages, et on commence à les reconnaître… J’ai eu la chance d’apprendre les bases classiques du dessin et de l’aquarelle, du coup j’essaie doucement de m’en inspiré pour partir vers des techniques et des styles plus libres, plus intenses…

La plus grande qualité de tes créations ?

On me dit souvent que ce que je dessine est mignon. Je ne sais pas si c’est une qualité, mais bon.

3

Illustration de Madouchka de la nouvelle « Feux d’artifice » d’Olivier Pivot, au Petit Pâté Illustré numéro 1.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je ne vais pas faire dans l’original… Quasiment tous les dessinateurs de BD actuels de la blogoliste. Vous les connaissez aussi.
Après, pour ceux qu’on ne trouve pas de blog… Je suis une fan invétérée de Hugo Pratt et amoureuse de Corto Maltese depuis toujours. En dessinateur plus récent : Patrick Jusseaume.

Tes thèmes préférés ?

La mer et les marins ! Mais c’est tellement difficile à rendre (et tellement de gens talentueux l’ont fait avant moi…) que je n’ose pas m’y remettre..
En deuxième position : la bouffe, les recettes de cuisine.

Et ton pâté préféré, d’ailleurs ?

Ceux que fait mon père ! A Noël c’était canard sauvage-confit d’oignon et le petit dernier c’était pigeon-échalottes-noix…

Illustration personnelle de Madouchka

Quels messages veux-tu faire passer avec tes travaux ?

« Regardez, j’ai arrêté les découpages-collages et maintenant je sais faire des trucs de mes 10 doigts » ?

Quelle a été ta meilleure expérience en tant qu’artiste ? Et la pire ?

Sans aucun doute : que le Petit Paté me donne des textes à illustrer ! Avant, j’avais très souvent l’impression de dessiner uniquement pour moi, sans passion, sans fil conducteur… Mais illustrer les écrits de quelqu’un d’autre, c’est tout simplement génial !

Autrement je n’ai pas eu de mauvaises expériences : personne ne m’a jamais lancé à la figure un de mes dessins et personne n’a encore craché dessus…

Meilleur conseil et pire critique que tu ais reçus ?

Mon meilleur conseil vient d’une lycéenne dessinatrice amateure avec qui je suis entrée en contact via un magazine jeunesse. Je devais avoir 12 ou 13 ans et son dessin venait d’être publié dans ledit magazine. Je lui ai écrit pour lui dire que j’avais trouvé son dessin très beau. Elle m’a répondu très gentiment et m’a dit que pour progressé, le meilleur moyen était de sortir du crayon-gomme et de se lancer directement au stylo pour affirmer son trait avec le geste, sans aucun moyen d’effacer.

Ensuite, je n’aime pas que les gens voient mes dessins et soulignent uniquement ce qui ne leur va pas.

2

Illustration de Madouchka de la nouvelle « Feux d’artifice » d’Olivier Pivot, dans le Petit Pâté Illustré numéro 1.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de participer au Petit Pâté illustré ?

Déjà : le nom. Un truc qui s’appelle Paté, je sais pas vous mais moi, j’adhère direct.
Ensuite, j’aimais beaucoup l’univers d’Alice Des, et j’avais vu le lien sur son blog, donc +1
Et pour finir, dessiner pour les autres, participer à un collectif, rencontrer des gens, connaître des dessinateurs dont je suivais le blog… Un peu l’impression d’entrer dans le monde VIP de l’illustration amateur.

Ce qui te plaît dans la collaboration entre artistes ?

Baaah… De pas être toute seule ! C’est agréable d’être entourée par d’autres artistes : on compte sur nous, on a des échéances, des missions… Et puis on découvre le travail des autres, on voit de tout et dans plusieurs domaines.

Illustration personnelle de Madouchka

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Continuer à participer au Petit Paté. Plus professionnellement, je ne serai certainement pas illustratrice à plein temps mais j’espère pouvoir dessiner un peu quand même. Avant tout je vais me consacrer à ma carrière dans la marqueterie. Enfin, j’ai le temps, on verra bien d’ici la…

La nourriture à laquelle tu dédieras ton œuvre ?

Trop dur de choisir une seule chose, alors je vous ai fait un top 3 :
• les œufs
• la confiture
• les brocolis

Illustration personnelle de Madouchka

Un dernier mot pour la faim ?

Les rillettes c’est bon aussi.

Retrouvez son travail ici ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s